A l’ère de l’économie circulaire, la polyculture élevage se réinvente-elle à l’échelle du territoire ?

Rechercher
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt
Filter by Custom Post Type

Les points-clés des Mardis de l’IFOCAP du 1er décembre 2015

Cette conférence était structurée en 3 temps, suivis d’un débat:

  • 1er temps : une approche macro de l’économie circulaire
  • 2ème temps : une entrée recherche et développement
  • 3ème temps : un témoignage remarquable d’un projet local

Les points forts de la 1ère intervention

Intervenant : Grégory Giavarina, Délégué général de l’Institut de l’économie circulaire

  • Un rappel sur la consommation exponentielle des ressources naturelles et une projection sur les échéances de leur épuisement.
  • La réintégration de matières aux différentes phases de process de production participe à la préservation des ressources naturelles. Elle ouvre le champs à de nouvelles disciplines, de nouveaux métiers.
schema-eco-circulaire

 

Les points forts de la 2ème intervention

Intervenant : Marc Moraine, Chercheur agronome, chargé de mission sur le projet européen « cantogether »

  • La réinterrogation du lien éleveurs-céréaliers par l’analyse de flux de matière et d’énergie, des processus écologiques et de la gouvernance liant les acteurs impliqués.
actualités-projet cantogether 1

 

  • Après le mouvement de spécialisation des exploitations, diverses coordinations spatiales entre élevage et céréales peuvent être reconstruites:

– La coexistence : laisser le marché orienter les flux

– La complémentarité : répondre aux besoins de l’atelier élevage par l’optimisation de l’assolement céréales et prairies

– La synergie locale: mobiliser les services écosystémiques pour optimiser la production végétale (céréales et prairies)

– La synergie territoriale: organiser les échanges entre systèmes de cultures de territoires voisins. On peut parler de filières territorialisées. La synergie territoriale appelle une coordination sociale (ou gouvernance) plus complexe : contractualisation…

projet cantogether2

A: Animals
C: Crops (les cultures)
G: Grasslands (les prairies)

Les points forts de la 3ème intervention

Intervenants: Guy Debregeas, Agriculteur à St-Astier (Dordogne) et Julien Michau, Chef du pôle environnement et territoire de la Chambre d’agriculture de la Dordogne.

Messieurs Debregeas et Michau ont témoigné d’un projet de méthanisation à St-Astier, accompagné par la Chambre d’agriculture de Dordogne. On peut souligner quelques points remarquables:

  • L’intégration de ce projet dans une réflexion stratégique globale de réduction de la dépendance des exploitations aux intrants.
  • Un projet pensé comme une action de développement local.
  • L’application d’un raisonnement d’économie circulaire : tout output devient input (valorisation du digestat du méthanisateur par la CUMA)

Les points forts du débat

Le débat s’est ensuite ouvert sur les choix politiques soulevés par les nouveaux modèles de polyculture élevage:

  • Organiser des échanges entre éleveurs et céréaliers / ou réintroduire l’élevage en zone céréalière; tout en limitant les transports de matière organique.
  • S’interroger sur le rôle des politiques publiques pour soutenir des investissements sécurisant mais non productifs.
  • S’intéresser à l’optimisation de l’usage des matériels agricoles, rendue possible par les plateformes numériques.

Un stagiaire OMEGA a partagé son questionnement provocant: la ferme des 1000 vaches répond-elle aux principes d’une économie circulaire, recréant le lien entre élevage et cultures céréalières? Néanmoins, d’autres critères d’appréciation de ce projet peuvent être retenus…