ERASMUS + ouvre l’IFOCAP sur la diversité de l’Europe

ERASMUS + ouvre l’IFOCAP sur la diversité de l’Europe

L’IFOCAP est partenaire de l’UNMFREO dans un programme Erasmus+ réunissant des organisations, centres de formation, associations de 5 Pays : le Royaume-Uni, l’Italie, la Grèce, la Lituanie et la France. Ce programme poursuit deux objectifs majeurs :

  • Développer la mobilité des jeunes en Europe, par une mise en commun des référentiels de formation,
  • Partager les méthodes de repérage des métiers émergents et des compétences rurales de demain.

Le programme établi sur deux ans donne lieu à des meetings dans chaque pays. Le dernier avait lieu à Vilnius en Lituanie, pays confronté à un exode rural massif et une restructuration rapide de son agriculture. Au recensement agricole de 2003, il y avait 271 500 exploitations familiales de plus de 1 hectare, ayant une superficie moyenne de 8,8 hectares et 362 657 exploitations de moins de 1 hectare. Ces exploitations familiales ou individuelles détenaient 88 % des terres cultivés du pays. Il existait en outre 610 entreprises agricoles qui produisaient environ 78 % des œufs, 46 % de la viande, 11 % du lait et 18 % des produits végétaux.

Plus largement, la Lituanie est victime d’une émigration massive (1991 : 3,704 millions d’habitants, 2013 : 2,956 millions).

L’enjeu de l’agriculture lituanienne est double : promouvoir les métiers agricoles en accompagnant la modernisation de l’agriculture et agir sur l’attractivité des territoires. Ce fut le sens d’une journée de visite sur le terrain :

  • D’abord en visitant un centre de formation technologique et de business : Alanta School (alantostvm.lt ), présentant les dernières technologies (fonctionnement et entretien de panneaux photovoltaïques,  centrale de méthanisation, machinisme agricole de pointe…). Malgré ces infrastructures, le centre de formation rencontre des difficultés de recrutement.
  • Nous avons poursuivi la journée en rencontrant des porteurs de projet Leader inscrit dans une démarche de type bottom up. Le premier projet a financé une unité de séchage d’herbes médicinales cueillies dans les espaces sauvages des environs. Des panneaux solaires produisent l’énergie nécessaire à la ventilation. Les agricultrices à l’origine de cette démarche entendent capter davantage de plus-value en réalisant elles-mêmes à l’avenir le packaging plutôt que de vendre en vrac.
  • Le 2ème projet a financé une association ancrée sur son territoire, soucieuse de sédentariser la jeunesse. Plusieurs actions sont conduites à des fins sociales  : le développement d’un atelier de poterie, un programme d’échanges avec des jeunes de Finlande ( voir ailleurs pour s’inspirer ou créer chez soi), la formalisation et la promotion d’un parcours vélo touristique  à travers les paysages et patrimoines remarquables du territoire.

« L’histoire du Pays a forgé des profils combatifs », selon un guide touristique de la capitale, mais le régime soviétique a instauré un régime administratif descendant. L’espace de liberté ouvert par l’indépendance du Pays est une conquête progressive.

Que seront les métiers ruraux de demain en Lituanie ? C’est à la jeunesse de répondre, avec un nouveau regard. Plutôt que de penser l’Europe comme un espace d’émigration, l’Europe doit être appréhendée comme un marché, une opportunité pour le développement territorial basé sur les atouts et les ressources locales. Le gouvernement lituanien accompagne cette transition et travaille actuellement à une nouvelle réforme foncière (entretien de X.Michelin, Pdt de l’UNMFREO au Ministère lituanien de l’emploi).

En Lituanie comme ailleurs, la gouvernance des territoires est au cœur des enjeux de développement des métiers ruraux de demain.

Le programme pourrait aboutir en France à la création d’une université  itinérante des territoires ruraux, un projet multi-partenarial* qui fait sens pour IFOCAP.

 

* : l’UNMFREO et son réseau, Sol et Civilisations, IFOCAP …